Exposition en cours —

Revenir au menu

Tal Coat, Guillevic et la préhistoire (prolongation de l'exposition)

Du 6 décembre 2017 au 27 mai 2018

L'exposition Tal Coat, Guillevic et la préhistoire porte un regard sur les relations qu’entretiennent l’œuvre de Pierre Tal Coat et l’art préhistorique, accompagné de la poésie d’Eugène Guillevic, lui-même fortement nourri des paysages mégalithiques.
Elle confronte des œuvres du fonds départemental Tal Coat à des objets issus des collections de la Société polymathique du Morbihan provenant du Musée de Vannes.

 

_ Du 6 décembre au 31 décembre 2017 : du mercredi au samedi, de 14h à 18h et le dimanche de 11h à 13h et de 14h à 18h

_ Du 3 janvier au 27 mai 2018 : du mercredi au dimanche, de 14h à 18h

Entrée gratuite

 

Exposition à venir —

Revenir au menu

Expositions du printemps

Du 4 mars au 27 mai 2018

Nicolas Fedorenko

Peindre est un présent

Exposition présentée en deux temps :
- du 4 mars au 1er avril : sculpture et peinture
- du 7 avril au 27 mai : sculpture et œuvre graphique

C’est dans un foisonnement presque étourdissant de figures et d’images qu’est plongé le visiteur en entrant dans cette exposition inédite conçue en lien avec l’artiste. Nicolas Fedorenko est un artiste protéiforme. Il s’autorise tous les possibles mêlant, avec une parfaite maîtrise, une multitude de techniques et de références qui empruntent autant à la tradition des beaux-arts qu’à la culture populaire. Peintures, dessins, gravures, livres, sculptures… au mur, dans l’espace, dedans, dehors, en vis-à-vis et…, surtout, toujours, profondément, en regard. Peindre est un présent est une invitation à vivre une expérience singulière dans l’univers de Nicolas Fedorenko.

Gilgian Gelzer

Nix

En 2015, Gilgian Gelzer était intervenu dans une pièce du château dans le cadre de l’exposition Mur/Murs avec un dessin mural inspiré du bassin de la cour d’honneur de Kerguéhennec.
Il revient ce printemps en investissant l’étage entier du château avec Nix*, une exposition qui permet de déployer toute l’étendue de son travail, en explorant les liens qu’entretiennent les différents médiums (dessin, peinture et photographie), et la manière dont ils se nourrissent mutuellement.

* « Nix [rien en langue allemande] pourrait évoquer ce processus où l'on part de rien pour arriver nulle part mais où le trajet, comme quête, constitue tout le sujet et donne corps et sens à l'œuvre ».  Gilgian Gelzer

Exposition présentée en collaboration avec la Fondation Fernet-Branca, Saint-Louis, Alsace

Etudiants d'écoles européennes d'art

Facing the sky

Kerstin Abraham, Doro Brübach, Tereza  Burianova, Julie Castagné, Maya Cunat, Annette Herbers, Noria Kaouadji, Liu Juanjuan, Loïc Pasteur, Zoé Raymond, Joris Valenzuela
[parc]

Facing the sky, cette évocation poétique est aussi…
le nom choisi par onze étudiants d’écoles européennes d’art* pour leur projet de recherche dans le domaine de la céramique ;
le titre de l’exposition réunissant, dans le parc de Kerguéhennec, les créations de ces étudiants ;
une aventure humaine et artistique partagée par des artistes en devenir, leurs enseignants et des professionnels de la terre cuite. C’est au sein même de la briqueterie Rairies Montrieux (Val-de-Loire) qu’ils ont été accueillis au printemps 2017 pour un workshop leur offrant des conditions de travail exceptionnelles... avec pour finalité la création d’œuvres pour le Domaine de Kerguéhennec.
*École nationale supérieure d'art et de design, Nancy ; École supérieure des beaux-arts TALM, site Le Mans ; Muthesius Kunsthochschule, Kiel (Allemagne).

Illés Sarkantyu featuring Jean-Pierre Vielfaure

La Disparition (remix)

Entre 1995 et 2000, Jean-Pierre Vielfaure (1930-2015) a régulièrement résidé au Domaine de Kerguéhennec. Il a rassemblé, dans des Carnets (photos, collages, dessins et annotations), une mémoire du lieu dans l’effervescence de son activité artistique et des traces de son passé historique et architectural avant les travaux de restauration.
Illés Sarkantyu propose une interprétation de ces Carnets dans une mise en forme inédite, poursuivant ainsi son propre travail de « collecte » sur l’histoire du Domaine.